« Parce que tu fais encore des budgets, toi ? ». Cette petite question m’a été posée il y a peu. Affres de perplexité : aurais-je passé la frontière de la ringardise professionnelle ? Et pourtant, le budget m’est toujours demandé. Transformé, affiné, enrichi, « augmenté », il est toujours là.

Marronnier des financiers, il est un objet de gestion bien identifié, commun et mal aimé. Commun, puisqu’à une cadence a minima annuelle, il est déployé, sous une forme ou une autre, dans toutes les organisations. Mal aimé, parce que s’il est dépassé, c’est qu’il n’était pas assez ambitieux, s’il est atteint, il y a suspicion de manipulation et s’il n...