La poursuite des politiques de taux bas par les Banques centrales, le recours accru à la technologie, le cyber-risque et les risques liés aux programmes de développement d’économies vertes, conduisent les régulateurs et les superviseurs à renforcer leur cadre d’intervention dans le système financier en général et français en particulier.

Depuis le printemps 2019, les perspectives de croissance mondiale ont été revues à la baisse ; les facteurs d’incertitude restent nombreux : tensions commerciales (bien que l’achèvement de la première phase des négociations commerciales entre États-Unis et Chine écarte l’entrée en vigueur de droits de douane supplémentaires ...