Biden et le retour du multilatéralisme : le next normal des responsables financiers

Regards croisés sur la protection des données stratégiques des entreprises et des citoyens

Par Frédéric Pierucci Publié le 20/07/2021

Regards croisés sur la protection des données stratégiques des entreprises et des citoyens

Par Frédéric Pierucci Publié le 20/07/2021
A
A

Alors que le Danemark est pointé du doigt pour avoir permis aux États-Unis d’espionner certains hauts dirigeants des pays de l’Union européenne, la domination américaine sur les données mondiales revient sur le devant de la scène. Pour autant, la guerre pour la captation et la protection de ces données ne fait que commencer. En effet, la Russie, la Chine, l’Union européenne et la France se mobilisent pour contrecarrer l’omniscience américaine. Avec plus ou moins d’ambition et de réussite.

Quelles stratégies adoptent ces différentes puissances pour capter les données de leurs concurrents ?  Comment légifèrent-elles pour se protéger ?

 

Les États-Unis pionniers et offensifs

La sécurité nationale, justification de la surveillance généralisée

Bien avant l’apparition des GAFAM, les États-Unis sont historiquement le principal acteur de la captation et du traitement des données des citoyens et des entreprises. Depuis les années 1980, le législateur américain s’est saisi à de nombreuses reprises de la question des données électroniques.

En effet, avec la chute de l’URSS, le renseignement américain perd sa cible principale et voit ses activités réorientées vers les domaines économique et industriel. Au nom de nouvelles priorités stratégiques comme la lutte contre le terrorisme, la criminalité interna...