De nouveaux risques pour les directions financières ?

Face aux nouveaux risques : être résilient, opportuniste ou prévoyant ?

D’après le dernier rapport du Forum Économique Mondial de Davos sur les risques globaux (les principales menaces qui pèsent sur la planète)[1], les risques climatiques et environnementaux sont classés au top des risques majeurs qui menacent notre planète.

En effet, les changements climatiques sont la question déterminante de notre époque et nous sommes à un moment décisif. De l’évolution des conditions météorologiques, qui ont des effets sur la production agricole et alimentaire, à l’élévation du niveau des mers, qui augmente les risques d’inondations, les conséquences des changements climatiques sont mondiales en termes d’effets et d’échelle. Sans action immédiate, il sera beaucoup plus difficile et coûteux de s’adapter aux conséquences futures de ces changements.

Ce rapport a été publié en début d’année, où on ne parlait pas encore de pandémie et de coronavirus.

A la même époque, la principale préoccupation et priorité des DAF (d’après une étude de PwC et de la DFCG en janvier 2020) était le pilotage de la performance suivie par la gestion du cash. La maîtrise des risques n’arrivait qu’en 5e ou 6e position.

Depuis, nous avons connu une crise inédite avec la Covid-19, ayant des conséquences économiques sans précédent.

Certains ont pu démontrer leur capacité de résilience, d’autres ont fait preuve d’opportunisme en modifiant leur stratégie en conséquence. Mais la leçon que nous en tirons tous c’est une meilleure préparation, une meilleure anticipation, comme le soulignait le célèbre dicton d’Adolphe Thiers : « Gouverner, c’est prévoir ».

La particularité de ces nouveaux risques, c’est leur ampleur, leur côté accentué et extrême, leur évolution rapide dans un système mondialisé, leur côté imprévisible et très difficile à maîtriser avec des conséquences désastreuses pour l’humanité. En effet, le déploiement du numérique dans tous nos usages (paiement sans contact, achats à distance, banques en ligne, télétravail) accentué par la crise du Covid-19 que nous continuons de vivre actuellement rend les organisations encore plus vulnérables face aux actes de malveillance et à la cybercriminalité.

Face à ces nouveaux phénomènes, il nous est apparu essentiel d’éclairer nos lecteurs et particulièrement les dirigeants financiers afin de mieux les guider dans leur prise de décision à travers les témoignages de différents experts et spécialistes de ces questions.

Nous concentrons ce dossier autour de ces trois risques, RSE, sanitaire et technologique (cybersécurité) particulièrement prégnants pour toutes les entreprises. Bien évidemment, ces risques ne concernent pas uniquement les directions financières mais notre approche est de mettre en évidence la façon dont elles appréhendent ces nouveaux risques, de savoir si elles sont suffisamment armées, et aussi de mieux sensibiliser les conseils d’administration à la prise en compte de ces nouveaux risques.

C’est ce que nous vous proposons de découvrir dans notre dossier du mois.

 

[1] Forum Économique Mondial de Davos, jan.2020 : http://www3.weforum.org/docs/WEF_Global_Risk_Report_2020.pdf

  • Yvon Farnoux
  • Chloé Léglantier