Gestion budgétaire et crise sanitaire : nouveau départ ou ligne d’arrivée ?

Un constat s’impose : la crise sanitaire a fragilisé de nombreuses pratiques managériales. Le budget, outil de gestion central des contrôleurs de gestion, n’échappe pas à cette règle… Inventé au cours d’une période de forte stabilité économique, les conséquences économiques de la crise sanitaire actuelle déstabilisent ses fondements premiers. Au cours de ce dossier, les auteurs ont cherché à questionner la manière dont cet outil s’est adapté aux effets de la crise sanitaire.

Ces différentes contributions mettent en évidence trois enjeux centraux. Le premier est lié aux caractéristiques intrinsèques de l’outil. La crise réaffirme une des critiques traditionnellement adressées aux budgets : les difficultés entourant la fiabilité des prévisions. Indirectement, cette limite souligne l’urgence de s’emparer des évolutions récentes de cet outil comme, par exemple, les rolling forecast, ou encore la nécessité de repenser les systèmes d’informations sur lesquels s’appuient le budget. Le deuxième enjeu se focalise sur la prise en compte des dimensions organisationnelles et humaines rythmant le fonctionnement de cet outil. La crise a amené les organisations à repenser les modalités du système d’animation du budget. Ainsi, l’importance de la phase de construction ou encore la place que devrait revêtir l’intuition dans le processus budgétaire sont identifiées et confirmées. Le troisième enjeu est relatif aux finalités de l’utilisation des budgets. Dans des contextes précis, comme celui des organisations appartenant à la sphère publique, la crise peut aboutir à redéfinir les objectifs même de l’outil : ce dernier n’ambitionne plus uniquement d’analyser et de contrôler a posteriori des dépenses, il devient un vecteur central d’étude a priori de la pertinence de ces dépenses.

Enfin, pour conclure ce dossier, une approche historique permet de souligner que le budget ne fait pas face à sa première crise. Aussi, plus fondamentalement, et au-delà des améliorations suggérées, une question apparaît porteuse d’opportunités pour les contrôleurs de gestion : à la suite de cette crise, ne conviendrait-il pas de repenser les business models de l’entreprise et donc les modèles et outils financiers qui leurs sont reliés ? À charge pour les contrôleurs de gestion de s’emparer de ces processus d’innovation managériale et d’apporter une réponse instrumentale adaptée au rebond qui suivra cette crise.

Nous vous souhaitons une très bonne lecture !

  • Benjamin Dreveton