La vraie valeur de la donnée

La Data crée-t-elle de la valeur ?

 

Il n’est pas un jour, ni une page de journal sans que la donnée soit vénérée comme le nouvel Eldorado qui doit permettre aux entreprises d’accélérer leur développement. Meilleure approche des clients, maîtrise des coûts, optimisation des processus, prédiction de l’avenir,… Toutes les vertus sont attribuées aux données sans toutefois que ce miracle transparaisse complètement lorsque les dirigeants d’entreprises témoignent sur leurs expériences. Les directeurs financiers nous l’ont d’ailleurs dit dans les dernières enquêtes réalisées par PwC et la DFCG : on y croit ferme, on y travaille beaucoup mais on n’a pas encore trouvé la recette. Il y a certes de nombreuses tentatives mais elles restent, pour la plupart, expérimentales et à l’état de POC (Proof of Concept). Des éléments très tangibles accréditent pourtant cette montée en puissance de la donnée : ment continu des puissances de calcul et l’apparition d’outils ou de langages très élaborés permettent aux entreprises d’augmenter considérablement le niveau d’analyse et de maîtrise de leurs opérations. que la donnée permet de s’affranchir des barrières à l’entrée pour peu qu’une stratégie « service » et non plus « produit » soit mise en oeuvre.

Dans ce contexte prometteur mais instable, il nous est apparu intéressant de faire un point sur ce thème à fort enjeu de la « valeur de la Data ». Nous avons construit notre dossier autour de cette question clé : la donnée a-t-elle intrinsèquement de la valeur ou est-elle une matière première infinie qui permet de mettre en place des processus de création de valeur nouveaux et redoutablement efficaces ? La notion de « valeur » nécessitait d’ailleurs d’être précisée et les témoignages recueillis montrent qu’elle peut se concrétiser de multiples façons autour de deux grands thèmes : l’augmentation des revenus et la réduction des coûts.

Le premier article de notre dossier vise à apporter un peu de clarté dans ces différentes notions. Il montre sans ambiguïté que la donnée n’a de la valeur que si elle s’inscrit dans la stratégie des entreprises et que, par ailleurs, son exploitation s’accompagne d’une démarche organisationnelle et technologique très structurée et professionnelle. Nous nous sommes ensuite dit que si la donnée a une réelle valeur intrinsèque, les financiers doivent parvenir à la mesurer dans le cadre des opérations de fusion/acquisition.

La deuxième partie de notre dossier laisse la parole aux entreprises avec des retours d’expérience dans des contextes traditionnels (SNCF) ou dans le cadre de création de nouveaux business s’appuyant largement sur la Data (John Paul). Le rôle du Directeur financier dans ces démarches de valorisation des données devait également être évoqué et le témoignage recueilli (Hertz) montre que sa connaissance de l’entreprise et de ses flux d’informations lui confère un rôle de leader naturel sur ce sujet.

Dans le dernier chapitre, nous abordons les quelques difficultés et points d’attention qui émergent dans un contexte législatif renforçant de plus en plus la protection des données à caractère personnel. Nous espérons que ce dossier sur ce sujet très concret et actuel vous inspirera et vous aidera à mettre en place des démarches structurées et cohérentes, qui seules vous permettront de retirer toute la valeur de vos données.

  • Fabien Kay