Se réinventer durablement

Un endettement public nécessaire mais risqué

Par François Ecalle Publié le 30/11/2020

Un endettement public nécessaire mais risqué

Par François Ecalle Publié le 30/11/2020
Print Friendly, PDF & Email
A
A

Il faut laisser le déficit public se creuser et la dette augmenter pour soutenir et relancer l’activité économique en 2020 et 2021 mais il sera très difficile de maintenir la dette au-dessous de 120 % du PIB à l’horizon de 2030. Malgré le soutien de la BCE et de l’Union européenne, le risque de crise des finances publiques augmente. Même si c’est un risque à long terme, il faut le limiter en évitant les mesures qui creusent durablement le déficit.

Le gouvernement prévoit une contraction du PIB de 10 % en 2020 et un rebond de 8 % en 2021. Dans ces conditions et compte-tenu des plans d’urgence (2020) et de relance (2021 et 2022), le déficit et la dette publics représenteraient 6,7 % et 116 % du PIB en 2021.

 

1. L’endettement public en 2021 et 2022 est nécessaire

Le creusement du déficit public résulte de l’impact de la baisse du PIB sur les recettes publiques et de la mise en œuvre des plans d’urgence (65 Md€ en 2020) et de relance (37 Md€ en 2021 dont 10 Md€ de baisse des impôts sur la production et 17 Md€ financés par des subventions européennes, elles-mêmes financées par des emprunts communautaires).

...