Les voix en faveur d’une sortie de l’euro se font entendre des deux bords extrêmes de l’échiquier politique, Front national comme extrême gauche. Ce n’est pas pour autant que le débat est illégitime.

Peut-on ?

Tout d’abord, on peut sortir de l’euro. C’est une imprudence politique de soutenir que la chose est impossible ou qu’elle entraînerait des coûts rédhibitoires. Si tel était vraiment le cas, le citoyen pourrait s’estimer victime d’un déni démocratique à l’origine, car jamais, quand on l’appelait à voter en faveur de l’euro par référendum ou par l’intermédiaire de ses députés, on ne l’avait avisé qu’il engageait son pays de façon irréversible et que le train était sans billet de retour [1].

Il est à l’inverse idiot de présenter, comme le fait le Front national, le scénario d’une sortie indolore. Surtout, après qu’il ait, un an auparavant, décrit un Armageddon en cas de sortie, précisément pour insister sur le déni démocratique de l’Europe ! Selon lui, si le pays sort de l’euro et retourne au franc, et que ce franc nouveau se déprécie face à l’euro, rien ne l’oblige à rembourser ses dettes (dont une dette publique pour un montant à peu près égal au PIB) selon leur libellé en euros.

Il faut distinguer ici le droit dans lequel la dette est domiciliée et la référence contractuelle concernant la monnaie de paiement. Si le droit de domiciliation l’emporte, ce qui est la pratique courante en cas de changement de référence monétaire – par exemple quand la France a mis en place le nouveau franc en 1960, ou encore quand l’euro a été adopté – il est en effet possible de changer les termes monétaires du remboursement pour tous les contrats de dette régis par le droit français (environ 98% du total) : si le souverain décide que l’euro est devenu le franc, c’est en franc que la dette sera remboursée. Mais cette vision néglige l’autre critère, celui de la monnaie de paiement : s’il y a sortie de l’euro, il s’en suivra immédiatement une dépréciation violente de la nouvelle monnaie de conversion (sinon, à quoi sert-il de sortir de l’euro ?). Il y aura contestation générale, y compris devant les tribunaux.

Le plus vraisemblable est qu’on sortirait du strict domaine du droit pour en venir à ce qui s’assimilerait à un défaut sur la dette du pays. Non pas un défaut organisé, mais une confrontation très déstabilisante sur le montant de l’abandon, qui entraînerait, sachant le poids de la France dans la zone euro, un éclatement du système monétaire. Elle s’accompagnerait en particulier d’un blocage strict de la convertibilité et des transferts de capitaux, pour éviter que les agents du pays logent toute leur épargne dans les banques étrangères ; ceci se ferait contre les règles de libre circulation qui régissent l’Union européenne.

Il est donc réaliste de dire que la sortie de l’euro serait possible mais très coûteuse. Il faut ajouter : c’est loin d’être la meilleure solution.

Faut-il ?

Passée la période de crise, on reviendrait probablement au système qui prévalait en Europe antérieurement à la création de l’euro ? Le faut-il ? La mémoire est courte. Le débat sur l’euro est devenu très pressent quand les pays européens ont fait le constat que, sous le régime de changes flottants initiés par les États-Unis à compter de 1971, l’Allemagne décidait seule de faire flotter sa monnaie par rapport au dollar. Comme l’économie allemande est dominante dans sa zone, les autres monnaies en étaient réduites à s’accrocher au deutschemark. Comme beaucoup ne le pouvait pas, il y avait régulièrement des dévaluations qui venaient corriger le déséquilibre. Aurait-on autre chose aujourd’hui ? Certainement, et plus encore, pour deux raisons : – l’économie allemande est plus forte relativement aujourd’hui qu’elle l’était à l’époque ; – les économies européennes sont beaucoup intégrées par le commerce extérieur et les flux de capitaux qu’elles l’étaient à l’époque.

On le voit en calculant la part du commerce extérieur (imports + exports) dans le PIB, par exemple pour la France et l’Allemagne.

(X+M)/PIBFranceAllemagne
199043%47%
201356%102%

 

Une dévaluation dans ce contexte a un impact immédiat sur l’économie. Les revenus qui ne sont pas indexés subissent un choc violent sur leur pouvoir d’achat ; et dans le cas d’indexation, les hausses de prix et de revenus se diffusent dans l’ensemble de l’économie et gomment l’impact premier de la dévaluation. On en revient à la situation initiale, sauf que l’économie conserve un taux d’inflation supérieur à celui de l’Allemagne et donc est à nouveau conduite à dévaluer d’ici quelques années. C’est le jeu que les économies italiennes, belges, espagnoles, françaises connaissaient dans les années d’avant l’euro et qui ont conduit à mettre en place successivement le serpent monétaire européen, puis le flottement limité, puis l’euro.

La France était sortie un peu avant de ce jeu, par la politique du franc fort initiée par la gauche à compter de 1983. Mais c’était au prix d’un abandon complet de son autonomie monétaire. En fait, hors euro, c’est la Bundesbank qui dicterait la politique monétaire des pays satellites.

La position du FN et de l’extrême gauche, pour être cohérente, oscille alors entre deux positions exclusives, une fois qu’on a quitté l’euro :

  • le retour à une fermeture des frontières vis-à-vis de nos partenaires européens, en pratique l’autarcie, pour éviter le diabolique cycle dévaluation / inflation / dévaluation ;
  • ou bien un abandon complet au corset, non pas de l’euro et de la BCE, mais à celui du DM et de la Bundesbank.

Il est temps de prendre conscience que le jeu monétaire est contraint : la France, insérée dans les échanges avec ses partenaires et dans un projet politique avec ses voisins proches, ne peut pas faire « ce qu’elle veut » de sa monnaie. La dure réalité donne son verdict : BCE ou Bundesbank.

À vouloir quitter l’euro, le FN remet ses pas, par un pied de nez de l’histoire, sur le chemin que foulait sa famille politique pendant la guerre de 39-45 : le régime de Vichy avait, sous le diktat allemand, adopté une nouvelle monnaie établissant la parité à 20 francs pour un Reichsmark. Les réserves de change avaient été pillées par les Allemands à l’époque, sauf les réserves d’or, qui ont pu être sauvées au terme d’un rocambolesque périple bien raconté ici. Aujourd’hui, elles ne seraient plus à disposition de la Banque de France ; elles serviraient à maintenir la parité franc / mark, c’est-à-dire participerait au tampon mis en place par la Bundesbank dans la gestion de sa propre monnaie.

Reste que certains pays n’auraient pas dû rentrer dans le mécanisme monétaire, Grèce et Portugal à tout le moins. Pour eux, l’héritage est trop lourd à porter et leur situation d’endettement est insoutenable. On verra dans un prochain billet quelles sont les issues envisageables.

[1] Admettons qu’on n’était pas loin de ce déni démocratique. Citons Helmut Schmidt, ancien chancelier allemand : « C’est la grande force de l’euro que personne ne peut l’abandonner sans faire un mal sévère à son pays et à son économie », phrase reprise dans une très récente conférence au titre significatif « Monnet’s Error ? » de Guiso, Sapienza et Zingales. C’est une illustration extrême de la méthode des petits pas chère à Jean Monnet : on lance une réforme importante, dont les contradictions sont apparentes dès l’entrée de jeu. C’est l’obligation où l’on est de les résoudre qui permet d’aller de l’avant. Dans le cas présent, il s’agissait d’un grand bond en avant plus que d’un petit pas. Ça ressemble à Cortes ordonnant qu’on brûle ses vaisseaux.